image

Combien de temps faut-il pour quitter l’IBM i ?

La semaine dernière je parlais avec un expert IBM qui expliquait que 5 années auparavant, la nouvelle direction s’est plaint que leur système IBM i était vraiment vieux.

Pourquoi ? Car il était basé sur des caractères au lieu d’une interface graphique.

 

Par conséquent, ils ont choisi de le remplacer avec une CRM SaaS basée sur une interface graphique. Cet expert IBM i a perdu son job.

 

En tant qu’utilisateur IBM i expérimenté, il n’y a pas eu de surprise quand 5 années plus tard, la CRM SaaS  avec interface graphique n'avait pas remplacé le système IBM i. Même si l’entreprise a dépensé beaucoup d’argent, le projet de remplacement était un échec.  Les innocents ont été punis et les coupables ont été promus.

 

Cela vous semble familier ? Comment cela est-il possible ?

 

En fait, une rapide recherche Google sur « quel est le pourcentage d’implémentations d’ERP raté ? » vous dira 75 %

 

J’ai vu et entendu parler de beaucoup de décisions de migrer des applications IBM i vers de nouvelles applications basées sur interface graphique. La plupart coûtent beaucoup plus chères que prévu à l’origine. Pour les rares qui vont jusqu’au bout, ils atteignent un retard d’environ 5 à 7 ans de plus que les 1-2 ans d’origine (dont beaucoup encore plus en retard).

 

Peut-être connaissez-vous des expériences similaires.

 

Tout simplement la nouvelle direction qui a fait le choix de jeter les applications IBM i antiques, ne sont pas au courant des facteurs critiques qui ont peu à voir avec les écrans GUI.

 

Il existe de nombreuses causes premières. En voici quelques-unes :

 

Fonctionnalité et logique métier. L’évaluation pour sélectionner le nouveau système n’incluait pas d’analyse approfondie de la fonctionnalité et de la logique métier par rapport à l’application IBM i actuelle.

 

Nuance et raffinements spécifiques. L’équipe de sélection n’était pas au courant des nuances et des améliorations logicielles spécifiques qui avaient été ajoutées au fil des décennies d’utilisation.

 

Bases de données et conception de fichiers – parfois, la longueur des champs est insuffisante. Dans les cas où les longueurs de champ peuvent être redimensionnées, j’ai vu des équipes de mise en œuvre ignorer que les longueurs de champ associées ne se réconcilient pas. J’ai également vu des cas où les mises en page de fichiers n’incluaient pas de champs critiques pour le spécifique métier.

 

L’équipe de migration manquant de coéquipiers clés avec une expertise critique et des connaissances du métier – J'ai été témoin d'autres cas où le gestionnaire d'applications ou les principaux utilisateurs expérimentés avec une expertise approfondie des processus n'étaient PAS inclus dans l'équipe de mise en œuvre. Par conséquent, les informations et les processus clés sont omis.

 

Équipes d'implémentation - J'ai observé des implémentations où une équipe connaît les logiciels et rien sur l'infrastructure, une autre équipe ne connaît que le matériel du serveur, les connaissances d'une autre équipe sont limitées au logiciel Windows, une autre équipe ne connaît que le réseau - mais TOUTES les équipes ne parlent pas ensemble ou ne comprennent pas la technologie de l'autre.

 

Données non standard – Des champs non standard trop courants mis à jour par les utilisateurs pour les « notes » car le logiciel actuel ne comportait pas de champs pour un nouveau logiciel spécifique.

 

Ceux qui décident de remplacer les applications IBM i ne savent pas que le système actuel a probablement évolué sur 2 à 3 décennies et comprend des nuances et des fonctionnalités sur mesure spécifiques au métier. Pire encore, ils peuvent ne pas comprendre le métier.

 

Quelle est la solution ?

 

Il n'y a pas de solution simple pour migrer un logiciel. Il n'y avait pas non plus de solution simple il y a 10 à 30 ans lorsque le logiciel ERP a été mis en œuvre pour la première fois.

 

Les implémentations logicielles sont difficiles.

 

Les plus performants ont des membres d'équipe qui comprennent le métier, creusent en profondeur pour comprendre ce qu'ils ont et ce qu'ils récupèrent, et fixent des objectifs réalistes pour faire fonctionner le logiciel avec l'aide de coéquipiers bien informés.

 

Qu'est-ce qui mène à l'échec ?

 

L'état d'esprit selon lequel "cet IBM i est obsolète car il n'a pas d'interface graphique".

 

Si c'est l'impulsion au changement, méfiez-vous.

 

Article original de Robert Losey :  http://ow.ly/pw4b50GiuFJ

 

Vous avez des questions ou des projets concernant votre plateforme IBM i ?  Nos équipes sont à votre écoute. Contactez-nous au 01 88 32 12 34, ou via le formulaire de contact.