webleads-tracker

Les sociétés exigeantes utilisent la technologie FlashSystem pour être plus efficaces.

  • Les sociétés exigeantes utilisent la technologie FlashSystem pour être plus efficaces.

    Les sociétés exigeantes utilisent la technologie FlashSystem pour être plus efficaces.

     

    Il existe de nombreuses façons d’accélérer la vitesse de vos transactions : optimiser la base de données, ajouter de la mémoire, modifier le code. Mais si vous voulez vraiment augmenter votre vitesse de manière significative, vous devez associer ces méthodes à des disques SSD haute vitesse. C’est ce qu’a récemment fait un éditeur de logiciels bancaires  grâce à l’équipement de stockage FlashSystem d’IBM.

    Selon un IBM Solution Brief, l’éditeur de logiciels de Brookfield, au Wisconsin, s’est rendu au laboratoire d’IBM à Rochester, au Minnesota, fin 2015 afin d’évaluer l’utilisation d’une matrice de stockage FlashSystem pour une grande banque commerciale qui utilise Signature. Cette étude leur a permis de comprendre les capacités réelles de la technologie flash.

    IBM propose plusieurs sous-systèmes de stockage externes sous le nom de FlashSystem, notamment le FlashSystem 900, le FlashSystem V9000 et le FlashSystem A9000. IBM se fournit en puces de mémoire flash brutes auprès de Micron Technology, y ajoute plusieurs centaines de gigaoctets de RAM, et traite le flux de données avec des processeurs Intel Xeon (et non des processeurs Power, malheureusement). Chaque sous-système peut fournir des dizaines voire des centaines de téraoctets en termes de capacité de stockage native, et les clients peuvent relier plusieurs de ces sous-systèmes et utiliser une compression de cinq à un pour l’étendre facilement jusqu’à plusieurs pétaoctets.

    Mais ces systèmes ne sont pas conçus pour leur capacité brute – c’est la vitesse flash qui compte véritablement. Le nombre de bits que les matrices FlashSystem peuvent transférer via des liaisons Fibre Channel, iSCSI ou InfiniBank allant de 8 à 50 gigaoctets par seconde est assez impressionnant. Un système FlashSystem 900 entièrement opérationnel peut réaliser 1,1 million d’opérations I/O (E/S) par seconde sur des lectures aléatoires à 100 %, tandis que le FlashSystem V9000 peut transmettre plus de 2,52 millions d’IOPS avec une latence de 200 microsecondes. La toute dernière matrice A9000, annoncée en 2016, peut effectuer jusqu’à 500 000 IOPS avec une latence de 250 microsecondes. Tous les périphériques de stockage flash sont intrinsèquement plus rapides pour lire des données plutôt que pour les écrire, mais ces deux chiffres augmentent avec la technologie flash.
    Comment ce type de performances se traduit-il sur des charges de travail réelles ? C’est ce qu’une grande banque américaine voulait découvrir avec ses tests en laboratoire réalisés à Rochester en 2015, qui est utilisé par des centaines de banques dans le monde entier. Elle souhaitait déterminer comment le système Flash allait améliorer les opérations quotidiennes, comme le traitement des transactions de paiement, les activités de reporting des clients et des canaux, ainsi que l’exécution des charges de travail standard en matière de risques et de conformité.

    Alors que l’association de Signature, du serveur Power Systems d’IBM et du système d’exploitation IBM i permet un ensemble solide de process de traitement, les demandes incessantes des consommateurs ne font qu’augmenter les attentes.

    « Avec les augmentations rapides de la vitesse de traitement et des technologies grand public de plus en plus puissantes, ce qui était “suffisant” il y a encore quelques années représente aujourd’hui un recul spectaculaire », déclare IBM dans son « Solution Brief » en 2016. « Si votre banque n’est pas en mesure d’offrir une expérience agréable à ses clients, sans aucun délai ou complication, soyez assurés que ces clients vous quitteront pour une autre banque. »
    Selon IBM, la vitesse du disque constitue le goulot d’étranglement des performances qui limite l’expérience client de nombreuses banques de nos jours. « Effectivement, alors que les réseaux, processeurs et autres éléments entrant en ligne de compte pour le traitement de données ont connu une croissance très rapide ces dernières années, les disques durs traditionnels ne sont aujourd’hui que légèrement plus rapides qu’ils ne l’étaient il y a 10 ans ».
    IBM affirme que sa technologie FlashSystem, avec des latences de 150 à 200 millisecondes, peut offrir des performances jusqu’à 50 fois plus importantes que les disques durs rotatifs standards. De plus, les matrices FlashSystem surpassent également les disques SSD (Solid State Drive) en réduisant les temps de traitement par lots jusqu’à 85 % et les temps de traitement des transactions en ligne (OLTP) jusqu’à 90 %.

    Une banque commerciale de l’est des États-Unis, a mis FlashSystem en place au premier trimestre de 2016. « Le client n’a connu aucun problème pendant l’installation, et n’a pas eu besoin de réécrire ses applications », explique IBM.

    Auteur : Alex Woodie

    Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

    Leave a comment

    Required fields are marked *